Comment photographier la fumée

Niveau requis : ⭐⭐

Matériel nécessaire : 📷📷

Dans cet article aux tonalités de tutoriel, je vais vous expliquer comment réaliser des photos de fumées. Vous serez surpris par l‘esthétique du rendu que l’on obtient assez rapidement. Elle est accessible aux photographes débutants qui souhaitent s’amuser et progresser dans la compréhension de la lumière. Au-delà de la mise en place d’un schéma d’éclairage rudimentaire, c’est aussi un bon moyen d’admirer la beauté et la sensualité de la fumée.

Matériel nécessaire :

  • Fond noir (tissu de préférence)
  • Appareil photo (plus facile avec un réflex)
  • flash externe déporté (à défaut un spot continu)
  • objectif : au choix (idéalement une focale fixe)
  • Bâton d’encens (à fumée épaisse) et une coupelle pour la sécurité
  • Trépied

Optionnel :

  • Déclencheur filaire (plus commode pour travailler)
  • Tethering (connexion à l’ordinateur pour voir le rendu directement)
Matériel pour photographier fumée
Matériel pour photographier la fumée : fond noir, encens, appareil, trépied, flash et son déclencheur.

Organiser la prise de vue

Installez votre fond noir, par exemple en scotchant votre tissu au mur. Ensuite, positionnez votre réflex sur son trépied. Il s’agit dès lors de poser un premier cadre en fonction de la focale que vous avez montée. Mettez ensuite en place le bâton d’encens sur un support pouvant recueillir les cendres qui vont en tomber (attention au risque de feu). Cadrez sur l’encens, mais de manière assez large : la fumée se diffuse largement au-dessus. L’orientation est à votre convenance mais plus facile en portrait. Pour finir, faites la mise au point sur l’encens.

Comment régler son appareil ?

Pour cette prise de vue il convient de se mettre en mode manuel, la cellule de l’appareil ne sera d’aucune utilité. Direction donc le M de la molette, et il faut ensuite tâtonner dans les réglages afin d’arriver au compromis qui vous convienne. C’est dans ce genre de situation que la bonne compréhension du triangle de l’exposition prend tout son sens ! Mais voyons quelques conseils ci-après :

  • Les iso seront réglés au plus bas afin de limiter le bruit, entre 100 et 400 iso pour ma part, selon la distance du flash.
  • Pour l’ouverture on cherchera un compromis entre profondeur de champ et lumière disponible, une ouverture moyenne f/8 correspondant en plus au meilleur rendement de l’optique, me semble être un bon compromis.
  • La vitesse est réglée en dessous de la vitesse synchro du flash, soit environ 1/125s, selon les modèles de boîtiers. (Au-dessus de cette vitesse, le fonctionnement de l’obturateur à deux rideaux compromettrait la prise de vue.)
Photo de fumée en spirale
1/125s, f/13 et iso 400 sont les réglages utilisés pour cette prise.

La prise de vue en raw n’est pas une nécessité absolue mais améliorera votre post-traitement. Personnellement je trouve ce choix essentiel pour obtenir le meilleur des rendus. Si vous vous interrogez encore sur le raw, je vous renvoie vers cet article qui vous éclairera certainement : comprendre et tirer parti du format raw.

Flash : déclenchement et réglage

Le déclenchement du flash déporté peut se faire de différente manière : en mode esclave via le flash intégré, en filaire ou en radio.

Personnellement, c’est le système radio que j’utilise pour déclencher mon flash. Le mode esclave donne lieu a plus de parasites et de non-déclenchements. Le trigger radio est de loin plus fiable à mon sens.

Un autre réglage s’opère sur la puissance du flash. Je vous donne un conseil à ce sujet : essayez de le régler assez bas, afin de lui donner la possibilité de se recycler (recharger) rapidement et donc de pouvoir faire des prises de vue en rafale. En outre, pour éviter les photos noires pendant les rafales trop rapides, je vous suggère de régler votre appareil sur le mode de rafale lente. C’est ainsi que vous serez le plus efficace : vous déclenchez en rafale, mais la fumée est toujours éclairée !

Réglage du flash pour photographier la fumée
A 1/64e de sa puissance, le flash peut émettre plusieurs éclairs d’affilé.

Le tethering ou le wifi, pour un contrôle optimal :

Dans ce genre de shooting studio, je trouve appréciable de pouvoir regarder ses images sur un grand écran dès la prise de vue. Le tethering, consistant à relier l’appareil photo à l’ordinateur pour contrôler la prise de vue, n’était pas possible sur le boîtier que j’ai utilisé lors de cet atelier. En revanche cela est possible sur d’autres marques et boîtier, peut-être avec le vôtre. Cette prise de vue peut être l’occasion de vous familiariser avec ce mode particulier. Personnellement j’ai utilisé une carte wifi pour obtenir un aperçu jpeg sur mon écran, tout en photographiant en raw. Sur les boîtiers équipés d’un wifi de série, c’est l’occasion de vous servir de cette fonction. C’est un luxe pas forcément nécessaire, mais qui augmentera certainement la qualité de votre prise de vue, en vous permettant de voir les défauts ou réussite en grand dès la prise de vue.

Le déclencheur filaire est également très pratique pour ce genre de prise de vue. Selon que vous serez en train de visualiser la scène au viseur, en liveview ou avec vos propres yeux, cela permet de garder une parfaite concentration tout en déclenchant précisément. Ce choix n’est pas ici motivé par l’évitement du flou puisque l’éclaire figera la fumée dans tous les cas. C’est une question de confort, qui vous permettra d’attendre plus longuement que la fumée veuille bien « prendre la pose ».

L'organisation du set up pour photographier la fumée.
Le set-up est prêt, il n’y a plus qu’à photographier !

… Comprendre, régler et tâtonner :

Si la photo est trop sombre : montez les iso ou augmentez l’ouverture (=mettre un nombre plus petit), ou bien augmentez la puissance du flash ou encore positionnez-le plus près. Il y a donc ici quatre leviers possibles pour modifier l’exposition. Par contre, inutile de bouger la vitesse car la durée de l’éclair du flash est fixe ! Modifier cette valeur ne vous servira qu’à annuler la lumière ambiante (c’est pour cela que je vous conseille de rester sur la vitesse synchro du flash). Car oui avec le flash vous pourrez obtenir un fond bien noir même en shootant en pleine journée. Pratique !
Bref, jouez avec vos réglage afin d’obtenir une exposition correcte de la fumée. Une fois que c’est fait, il ne vous reste qu’à capturer la forme la plus intéressante ! N’hésitez pas à utiliser plusieurs bâtons d’encens afin d’épuiser la chance !

Astuce : vous pouvez jouer avec l’encens en le déplaçant, c’est ainsi que l’on peut obtenir des figures différentes telle que celle ci-dessous en forme de « méduse ». Sinon attendre le moment propice en observant la fumée permet aussi d’accéder à des conformations intéressantes. Il peut être nécessaire de jouer sur la circulation de l’air dans la pièce pour à la fois évacuer la fumée excédentaire (maintenir un bon contraste) et garantir une certaine stabilité à la fumée (afin qu’elle puisse mettre en place un écoulement plus ou moins laminaire selon le rendu souhaité).

Photo de fumée en forme de méduse
Cette conformation de la fume ne peut s’obtenir qu’en déplaçant l’encens : soyez créatifs !

Post-traiter ses images de fumée :

Avec Lightroom : ajustez l’exposition à votre convenance, de manière à obtenir des noirs bien profonds et quelques blanc sur l’image. Vous pouvez jouer la carte du noir et blanc ou alors opter pour une balance des blancs créative en teintant vos fumées de verts, bleus, orangés…

Balance des blancs créative sur la photo de fumée
Seule la balance des blancs a été utilisée pour obtenir cette teinte ; ce qui reviendrait à « se tromper de pellicule » en argentique.

Une infinité de variantes plus sophistiquées sont possibles avec Photoshop. Outre les réglages précédents, Photoshop offre la possibilité d’inverser les couleurs (négatif) et donc d’obtenir de la fumée noire sur fond blanc. Il est alors très facile de superposer un calque coloré en mode dégradé. Avec le mode de fusion adéquat (lumière tamisée, saturation…) la fumée est alors colorée pour un rendu très esthétique !

Photo du fumée colorée sous photoshop
Photo du fumée en négatif et colorisée sous Photoshop

Découvrez la série et laissez votre avis :

C’est en utilisant la méthode que je vous ai décrite que je construit actuellement cette série sur la fumée. Découvrez là et laissez vos commentaires !

Vous reprendrez bien un tuto ?

Merci de noter cet article 🙂

7 thoughts on “Comment photographier la fumée

  1. C’était chouette cet article, je me demandais comment il était possible de colorier de la fumée, mais avec Photoshop c’est évident !
    J’ai beaucoup aimé les photos d’animaux, à bientôt, Olano

  2. Merci pour ce tuto. Je trouve ça génial. Juste une question sur la possibilité de faire un montage avec des filtres dégradés. Est il possible d’expliquer. Merci. Seb

    1. Bonjour Seb, merci de ton retour ça fait plaisir 🙂
      Je n’ai pas eu l’occasion de travailler la fumée avec des filtres dégradés, ça doit pouvoir apporter quelques chose de sympa également.
      L’utilisation du filtre ne changera pas vraiment la prise de vue. N’hésite pas à nous faire partager ton travail si tu essaies !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *